La petite histoire

La ferme coop la Rosée doit son existence à la Ferme la Rosée, fondée par Robert Rivard et Marijosée Labelle en 1989 à Notre-Dame-de-la-Paix, dans la Petite-Nation en Outaouais. Un retour à la terre inspiré par des convictions environnementales et sociales, aux sources et au courant du mouvement de l’agriculture biologique, alors émergeant au Québec (Yves Gagnon, Denis Lafrance et plusieurs autres).

La ferme se développe dans la plus grande diversité possible: vache Jersey, moutons, dindes, poules et poulets, en plus des cultures maraîchères et de la transformation des plantes médicinales.  La vente directe en marché public et les paniers ASC sont les principales mises en marché pour écouler les stocks.

Au fil du temps, l’offre de produits biologiques frais et locaux interpelle de plus en plus de citoyenNEs conscientEs de l’impact environnemental, social et économique de l’agriculture biologique. Les clients et partenaires de la ferme permettent à celle-ci de perdurer dans le temps et d’entretenir ce précieux lien à la terre au profit des générations futures.

Après deux déménagements, la ferme s’enracine, en 1999, au 115 rang Ste-Augustine. Les lieux étaient abandonnés, sans maison ni bâtiment fonctionnel; la terre, en pâturage pour les vaches de la ferme voisine, car trop mouillée pour être cultivée… Désormais, seul à la barre de la ferme, Robert, épaulé par des amiEs, stagiaires et employéEs, construit une habitation, met la terre en culture, fait de multiples travaux de drainage et de voirie, implante un verger, deux bleuetières et une aspergeraie, divise les parcelles par d’innombrables peupliers et épinettes brise-vent, crée des bassins d’irrigation et développe les infrastructures nécessaires pour conditionner et conserver les fruits et légumes récoltés, sans oublier la construction du complexe de serre de 10,000 pi2 si important pour devancer et prolonger nos courtes saisons estivales.

Fiou!… Mais quel travail! Ça en prend du coeur!

L’évolution de la ferme et tout le travail accompli ne seraient rien sans les liens directs entretenus pendant toutes ces années avec les clients et partenaires, qui ont fait le choix de soutenir une agriculture à échelle humaine respectueuse de l’environnement et qui ont le souci de s’alimenter sainement et directement à la ferme. Merci à vous!

Au plus fort de sa production, entre 2010 et 2014, la ferme participait au marché fermier biologique d’Ottawa, au marché du vieux-Hull ainsi qu’ au marché de la Petite-Nation et fournissait plus de 200 paniers hebdomadaires aux partenaires.

Le 15 octobre 2014, un incendie majeur détruit le bâtiment principal dans lequel se trouvait la chambre froide, la récolte d’ail et d’oignons, ainsi que plusieurs congélateurs débordants de petits fruits précieusement récoltés durant l’été. Grâce au travail admirable des pompiers volontaires de Notre-Dame-de-la-Paix et de Namur, la maison et les serres ont subit seulement quelques dommages malgré l’intensité du brasier…

Avec une couverture d’assurance minimale pour le bâtiment (aucune assurance pour les récoltes entreposées ) et l’aide de nombreux amiEs et famille, la reconstruction de la structure extérieure est complétée avant Noël 2014. La ferme sera toujours reconnaissante envers ceux et celles qui nous ont soutenus durant cette épreuve qui laisse les coeurs teintés de cendre.

La production ira en diminuant légèrement au cours des années suivant l’incendie car la finition des nouveaux bâtiments (reconstruction du bâtiment principal et du garage) prendra beaucoup de temps et d’énergie.

En 2016, Robert exprime le besoin de réaliser d’autres rêves et le désir de se libérer des responsabilités et obligations qui viennent avec la ferme.

C’est avec détermination et consciente inconscience que nous avons donc entrepris les démarches nécessaires à la reprise de la ferme, dont l’accompagnement par une conseillère du GCA, la création de la ferme coop la Rosée en décembre 2016 et de Jardins de la Paix S.E.N.C en janvier 2017, pour organiser l’entreprise de la relève.

Le 17-07-2017, 2000 dix WET, 2000 dit SWET, en plein cœur de la première saison de la ferme coop la Rosée, le transfert fût complété par l’acquisition de la terre.

Malgré une transition rapide et une première saison ponctuée de défis multiples, la ferme coop la Rosée termine l’année 2017 fière du travail accomplit et des récoltes obtenues.